• La mascarade du syndicalisme français

     

    Article de Jean-Baptiste Bonne, publié sur le site de l'IREF, le 23/01/2017

     

    Le cirque du syndicalisme français continue de plus belle, avec la bénédiction de l’Etat. Vous ne le saviez sûrement pas, mais lors des deux dernières semaines (jusqu’au 13 janvier) avaient lieu les élections des représentants syndicaux des TPE. Il s’agit vraiment d’un monde à part !

    Bien que les courriers de propagande aient été envoyés à tous les salariés de TPE, accompagnés d’un courrier du ministre du travail Mme El Khomri, et que ce scrutin ait été ouvert pendant deux semaines pendant lesquelles on pouvait voter via internet, le taux de participation devrait être de l’ordre de 7% (il sera définitivement connu lors de la proclamation des résultats le 3 février). Il était de 10% en 2012. Bref, cela n’intéresse personne sauf les organisations syndicales qui vont y « gagner » des représentants puisque la barre est fixée à 8% des suffrages exprimés (soit 0,56% de suffrage reçu pour un taux de participation de 7%,). Pourtant, selon le ministre du travail, ces élections sont essentielles pour faire entendre les voix et défendre les droits des salariés, participant ainsi à la force de notre démocratie sociale ! L’idée, en 2017, que tous les français ne raisonnent pas forcément en termes de lutte n’effleure pas le ministère. D’ailleurs, les Suisses sont dépourvus d’un tel ministère, ce qui ne semble pas porter préjudice au travail.

    Lire la suite sur le site de l'IREF

    « Inquiétante montée des atteintes à la liberté dans le monde, par Pascal SalinLe "PénélopeGate" à la lumière de la Doctrine Sociale de l'Église (DSÉ) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :