• Les poisons de la communication

    La communication peut être empoisonnée par des attitudes qui nient les droits naturels d'autrui, notamment ses droits de propriété, son droit d'expression ou sa liberté.

    L'empoisonnement peut être plus ou moins évident : par exemple, si l'un des protagonistes vole l'autre ouvertement, par la force. Le plus souvent, l'empoisonnement sera plus subtil, et se fera par le mensonge ou par une autre forme de manipulation :

    • le mensonge est un moyen de nous priver de notre liberté : pourquoi mentons-nous, si ce n'est pour qu'autrui agisse de façon différente de ce qu'il aurait fait si nous lui avions dit la vérité ? Le Christ n'a-t-il pas dit "La vérité vous rendra libres" ? Le mensonge par omission, c'est à dire le fait de laisser l'autre croire quelque chose que je sais être faux, c'est la même chose.
    • le sophisme, c'est à dire le raisonnement faux, trompeur est une forme de mensonge beaucoup utilisée par la classe politique, à mon avis. Exemple de sophisme : "Tout ce qui est rare est cher. Un cheval bon marché est rare, donc un cheval bon marché est cher" (si un cheval bon marché est rare, c'est que la prémisse "Tout ce qui est rare est cher est fausse).
    • la culpabilisation : par exemple "Tu n'as pas honte de te comporter de cette manière ?".
    • la menace : "Si tu n'as pas la moyenne à ton contrôle, je ne t'emmènerai pas au cinéma".
    • l'injonction, l'ordre : "Arrête de rêver et fais ton travail !"
    • la dévalorisation, la disqualification : "Ce que tu peux être embêtant !"
    • le chantage affectif. D'après un article de Psychologies.com, "Susan Forward distingue quatre types de « maîtres chanteurs » : 
      le bourreau, qui menace de vous punir (« Si tu me quittes, tu ne verras plus les enfants ») ;
      le flagellant, qui retourne la menace contre lui-même (« Si tu me quittes, je me suicide ») ;
      le martyr ou l’éternelle victime, qui brandit sa souffrance (« Comment peux-tu faire cela à ta pauvre mère ? ») 
      le marchand de faux espoirs, qui vous fait miroiter un avenir prometteur si vous répondez à sa requête (« Si tu acceptes de monter cette affaire avec moi, tu gagneras énormément d’argent »)."

    Voici quelques dessins proposés par Jacques Salomé pour illustrer certains poisons.

         
     

     

     

       

     

         

    Il faut noter la correspondance entre

    • le vol et le verbe "prendre", dont nous avons vu qu'il exprime un dévoiement de l'action de recevoir.
    • l'injonction et les verbes "exiger" et "imposer", exprimant un dévoiement, respectivement, des actions de demander et de donner.

    La fameuse expérience de Milgram permet d'illustrer certains de ces poisons (mensonge, culpabilisation, injonction, etc.). Voici une vidéo brève et une longue qui présentent cette expérience.

     

    Expérience de Milgram : obéir ou résister ?

    10'

     

    Expérience de Milgram : documentaire complet.

    70'

     

    « Donner, Demander, Recevoir, RefuserLe changement de regard sur l'autre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :